Comprendre les prix d’une assurance jeune conducteur

Posted on

Souvent, quand les jeunes conducteurs cherchent à assurer leur première voiture, les prix pratiqués par les assureurs ont tendance à les déprimer ! En effet, pour cette catégorie de conducteurs, les surprimes pratiquées font très vite monter les prix. Cependant, légalement, les assureurs ne peuvent refuser une assurance à un demandeur, quelque soit son profil.

La loi impose aux assureurs une obligation de fournir un service d’assurance à toute personne qui le demande. Mais les tarifs pratiqués suffisent parfois à éloigner les...



demandeurs. Les jeunes conducteurs sont alors placés devant un douloureux dilemme : accepter ces tarifs élevés ou se passer de véhicule jusqu’à avoir atteint l’âge de 25 ans, et donc être sorti de cette catégorie statistique considérée comme à risque par les compagnies d’assurances.

Si l’on ajoute à ces facteurs l’augmentation du nombre d’accidents sur les routes françaises, on a là un cocktail très amer pour les jeunes conducteurs. En effet, les routes françaises sont de plus en plus meurtrières. Les accidents ne cessent d’augmenter. Il va de soi que les remboursements d’assurances ont aussi augmenté, diminuant d’une façon considérable les profits des assureurs. Dans ce climat risqué, les assureurs ont déjà signifié leur intention d’augmenter leurs primes. En effet, les primes d’assurances connaitront une hausse en 2012. On avance le chiffre de 20%. Donc, les jeunes conducteurs, étant déjà défavorisés par rapport à leur profil de risque, paieront des primes encore plus chères à cause du climat général sur les routes de France.

Pour réduire les coûts d’assurances, les jeunes conducteurs ont tendance à n’utiliser que la garantie minimale imposée par la loi. En effet, les jeunes se concentrent sur la garantie de responsabilité civile, qui dédommage les tiers impliqués dans un accident. C’est pourtant un pari risqué. Il faut avoir conscience des risques auxquels font face tous les usagers de la route. Étant un jeune, ces risques sont encore plus importants car on a peu d’expérience de conduite. Même si on a entière confiance en soi et qu’on pense être un très bon conducteur (ce qui est déjà en soi une erreur), on n’est pas à l’abri des circonstances défavorables qui peuvent conduire à un accident. Le plus simple accident de la route peut conduire à des dommages corporels dont les séquelles marqueront le conducteur pendant longtemps. Les coûts associés sont énormes. Il faut donc considérer l’assurance tous-risques comme quelque chose de valable et ne pas se cantonner à une assurance au tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *